Le budget 2015 : au pain sec et à l’eau !

Sur le fil du rasoir

Les chiffres sont têtus et souvent impitoyables pour peu qu’ils soient traités avec un minimum de rigueur.

La présentation des comptes 2014 et du budget primitif 2015 par l’équipe communale a mis en lumière ce que confusément l’on savait déjà. A savoir que la construction d’une salle polyvalente fortement disproportionnée aux capacités financières d’une commune comme Saint-Jurs, et quasiment sans la moindre subvention spécifique, plombe pour plusieurs années la gestion communale.

Encore a t-on évité le pire puisque l’équipe en place depuis 2014 a, dès son arrivée, fermé les robinets et tenté de juguler l’hémorragie. « La municipalité a veillé à mettre en place une gestion la plus serrée possible. Nous avons revu les contrats d’assurance, renégocié des emprunts… fait des efforts de bonne gestion » a déclaré Patricia Costes. Résultat : « l’excédent de fonctionnement dégagé (qui s’ajoute à ceux des années précédentes) va permettre de combler les déficits de 2015 ».

N’empêche, la gestion quotidienne est un vrai casse tête. Patricia Costes a expliqué à quelles difficultés exposait l’absence d’un fonds de roulement. Par exemple, voilà quelques temps, une facture concernant la salle polyvalente est arrivée en mairie. Elle était de 123 000 euros et il n’y avait en caisse que 100 000 euros.

On a noté qu’en préambule à toute explication budgétaire, Patricia Costes a tenu, fort subtilement, à marquer une rupture. « La réalisation d’un budget se fait avec beaucoup de contraintes. Notamment pour celui-ci, le premier de la nouvelle équipe, puisque nous avons dû prendre les choses en l’état. Des dépenses avaient été engagées, des contrats signés, des travaux lancés, des engagements pris précédemment. Nous avons dû les mener à leur terme et notre marge de manœuvre, dès lors, s’est trouvée fort limitée ». En clair, l’équipe communale se retrouve aujourd’hui à devoir assumer une situation délicate dont elle a hérité et quelle ne soupçonnait peut être pas.

Mais, elle est condamnée à réussir rapidement car, par essence, un administré a la mémoire courte. Il n’est pas sûr que dans 3 ou 4 ans, la population ait encore à l’esprit l’héritage pesant dont elle écope. Alors, Danielle Urquizar se verrait porter un chapeau qui n’est pas véritablement le sien…

Au terme de cette présentation des chiffres, un débat assez bref s’est instauré sur les solutions possibles qui s’offrent à l’équipe municipale pour sortir de ce mauvais pas. Il ne faut pas se cacher que le budget 2016 sera difficile, très difficile à boucler.

« C’est inquiétant » a lancé Natacha Vinatier suggérant une revitalisation du village. Patricia Costes a insisté sur la rigueur et n’a pas écarté une hausse des impôts. La Maire, Danielle Urquizar, a rebondi : « Nous serons certes obligés, à un moment donné, d’augmenter un peu les impôts mais cela ne solutionnera pas tout ». Claudine Davignon a estimé qu’il fallait « faire revivre le village, attirer une nouvelle population ».

Notons au passage que le nombre de foyers fiscaux imposables à Saint Jurs est de 46 (chiffres Ministère des Finances 2013) et que ce sont donc ces 46 foyers fiscaux à eux seuls qui devront supporter, si elles existent, les hausses d’impôts nécessaires au rééquilibrage des finances communales.

Les dernières factures arrivent en mairie. « On solde la salle polyvalente » s’est exclamée non sans soulagement Madame le Maire. Et d’ajouter : « Nous rendrons compte, en temps et en heure, du coût de cette salle ».

Certes mais nous espérons que nous sera enfin donné le VRAI chiffre. Celui qui englobe toutes les études préliminaires, les honoraires des uns et des autres qui s’échelonnent sur plusieurs années ; pas simplement le chiffre du gros œuvre ou des factures payées en 2014 et 2015 qui sont loin de correspondre aux dépenses réelles engagées.

Toutes les décisions ont été votées à l’unanimité des présents (manquaient à l’appel : Christophe Escudier et Chantal Baroncelli). Ce qui a fait dire à Patricia Costes : « la confiance est là ».

Des chiffres parlants

Coup de projecteur sur 2014

Intéressons-nous tout d’abord au compte administratif du budget 2014 ; compte qui récapitule ce qui a été réellement dépensé et ce qui est entré en recettes ; qui met en lumière les efforts de rigueur entamés rapidement par la nouvelle équipe.

En section de fonctionnement, 84% des dépenses prévues ont été réalisées pour un montant de 142 212 euros. « Nous avons donc réalisé sur ce poste quelques économies » (16% pour être précis) a expliqué Patricia Costes. Les recettes quant à elles se sont élevées à 204 203 euros soit une baisse de 6% par rapport aux prévisions (pas de loyer payé au Saint Georges durant quelques mois et autres).

Un excédent de fonctionnement a ainsi été dégagé qui s’ajoute à ceux des années précédentes pour un montant de 296 000 euros environ. « C’est cet excédent qui va permettre de combler les déficits en 2015 ».

En section investissement, les dépenses réalisées en 2014 « la salle et le mur de l’église ont quasiment tout absorbé » ; environ 500 000 euros. « C’est plus que prévu ». Il faut noter également 23 000 euros de travaux sur les réseaux.

Les recettes, elles, se sont élevées à 178 742 euros alors qu’il avait été prévu 362 000 euros. Ce qui donne un déficit de 345 000 euros. Si l’on soustrait l’excédent, nous arrivons à un déficit final, en investissement de 249 000 euros.

A noter : « Il reste des dépenses à effectuer environ pour 183 000 euros (150 000 pour la salle). Nous attendons 149 000 euros de subventions notamment pour le mur de l’église. ».

Le déficit final de la section d’investissement sera donc de 34 000 euros une fois ces recettes réalisées.

Au final, le total du déficit (fonctionnement + investissement) de la commune est de 283 000 euros.

En utilisant, pour le combler toutes les réserves et le cumul des excédents des années précédentes, c’est 12 517 euros qui restent en tout et pour tout dans les caisses de la mairie en fin d’exercice 2014. Et plus la moindre réserve« La marge de manoeuvre est étroite. Désormais nous ne pourrons fonctionner qu’avec l’excédent de l’année en cours ». Espérons que le tracteur de Franck ou que la voiture de la commune ne vont pas rendre l’âme ! La mairie n’aura pas de quoi les remplacer. Au passage, nous vous suggérons de jeter un coup d’œil à la brève du 9 octobre 2013 sur le site Saint Jurs Infos… Nous n’avons peut être pas raconté autant d’âneries que l’on a bien voulu le prétendre à une certaine époque ;)

Que sera 2015 ?

Les élus se sont ensuite penchés sur le budget prévisionnel 2015 qui a été voté chapitre par chapitre. Notons que Patricia Costes, a fait preuve en la matière de beaucoup de pédagogie.

Dépenses de fonctionnement

Si les charges à caractère général (c’est à dire qui font partie du quotidien d’une commune) sont en hausse de 31% (malgré des économies réalisées ici ou là) soit 42 463 euros, cela est dû en partie à la salle polyvalente qu’il faut bien faire fonctionner.

Parmi les autres causes d’augmentation, il faut noter la réalisation du journal communal (enfin !) les honoraires des géomètres, une régularisation (contestée et donc bloquée) des frais de scolarité à Puimoisson… Par contre, et bien que selon nous le montant de doive pas être très élevé, le déplacement du panneau d’affichage municipal n’a pas été comptabilisé !

Les charges de personnel sont aussi, et c’est logique, en hausse (reclassement du personnel, avancement d’échelon).

Les autres charges de gestion (notamment indemnité des élus) sont en baisse : «  parce que nous n’avons plus que deux adjoints ». A noter que les subventions aux différentes associations sont reconduites pour une somme égale à celle de l’année précédente.

Par ailleurs, la mairie va s’attacher à renégocier l’ensemble des contrats d’assurances pour réaliser de nouvelles économies.

La charge financière est en hausse : 188 600 euros

Recettes de fonctionnement

Les ressources communales (notamment produit de l’impôt) ne représentent que 30% des entrées soient 50 796 euros (rappelons qu’ils sont supportés par seulement 46 foyers fiscaux). Les dotations 56% soient 110 000 euros (Etat et collectivités territoriales) et les produits de gestion 14% (27 500 euros).

Ce budget prévisionnel a été réalisé en prévoyant une baisse de 10% des dotations.

Il n’y aura pas d’augmentation des taxes en 2015.

Notons cependant, comme nous l’avons déjà fait remarquer, qu’une partie des compétences ont été transférées à la Communauté de Communes que vous allez voir apparaître sur votre feuille d’impôts. Et que logiquement, une « non augmentation » aurait du se traduire par un cumul commune + communauté de communes à peu près équivalent au seul montant de la commune pour l’année précédente… Ce qui ne sera pas le cas, loin de là.

L’excédent de la section de fonctionnement qui est en fait la seule bouffée d’oxygène apportée à ce budget 2015, est « faible » : 14 000 euros ; « cela ne permet pas de prévoir beaucoup de choses ».

Dépenses d’investissement

Le remboursement du capital des emprunts grignotera 82 656 euros ; 74 000 euros sont dévolus à la voierie et à l’achat de mobilier pour la salle polyvalente et 8 200 euros iront à divers frais dont les études nécessaires à l’aménagement du parking de la salle polyvalente qui n’avaient pas été prévues.

Recettes d’investissement

Outre l’excédent de fonctionnement, les subventions (15 538 euros pour les réseaux et l’achat de mobilier) et la récupération de TVA (36 000 euros), la commune envisage de vendre des terrains municipaux. Ce produit de cession immobilière devrait rapporter 40 000 euros.

Le déficit de la section d’investissement s’élève à 5 294 euros.

Avec un tel budget, « les seuls travaux prévus pour 2015 concernent les routes » a conclu Danielle Urquizar.

Notons également, comme l’a si justement fait remarquer Patricia Costes, que les recettes dues à la récupération de TVA n’existent que parce qu’il y a eu de la TVA. Et que sans travaux ni investissements, à l’avenir, elles n’existeront plus !

Budget de l’eau

En 2014, il y a eu peu de dépenses car finalement les travaux de la station d’épuration n’ont pas été engagés ; il a fallu intégralement refaire le cahier des charges et l’appel d’offres.

Le cumul de 2013 et de 2014 fait apparaître un excédent de 30 700 euros.

Dans le budget 2015, on note que l’emprunt (comme celui de la salle polyvalente) a été renégocié.

En bref

Compteurs verts :

Ces derniers qui devaient être proposés aux usagers utilisant leur eau pour arroser leur jardin exigent un branchement spécial à la charge de l’usager et en sus il faut compter 60 euros de location du compteur. Au final, l’économie sera moindre et cette solution risque bien de ne pas être choisie par les intéressés.

Pour Patricia Costes, « le règlement de l’eau est à toiletter et il faudra aussi débattre des différents tarifs ».

Jean Maxime Escudier ajoute : « il faut que désormais la Mairie paye l’eau qu’elle utilise ; ce qui n’était pas le cas jusqu’à aujourd’hui ».

Parc du Verdon

Ca semble coincer un peu sur le sujet. La cotisation qui s’élève à 896 euros par an en fait grogner certains. Pour Jacques Spindler par exemple, « le Parc gaspille notamment au niveau des dépenses de documentation. Quant à la politique menée par le Parc…. »

Coutelon

La convention de mise à disposition de parcelles communales d’une superficie de 20 hectares a été signée au bénéfice de Christophe Escudier. Ce dernier a un projet très intéressant de parcours de tir à l’arc. La redevance fixée s’élève à 150 euros par an.

L’église

Interrogée quant aux travaux qui restent à effectuer à l’intérieur de l’église, Madame le Maire a lancé : « l’église attendra des jours meilleurs ! »

La salle polyvalente

Dans les contrats de travaux passés avec les entrepreneurs, aucun planning n’a été rédigé, aucun délai de livraison arrêté. Une discussion a donc eu lieu pour savoir s’il fallait appliquer des pénalités de retard pour la dernière tranche qui tire en longueur. Sans précision aucune, la règle est de 1 an. Au final, le conseil municipal a décidé d’accorder 4 mois supplémentaires.

Il a également fallu signer quelques avenants supplémentaires en augmentation ou en diminution selon les lots pour une augmentation globale de 8 450 euros. (Le détail figure dans le compte-rendu « officiel » de la mairie).

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit − 2 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>