Le budget 2013 à la loupe

Vendredi 29 mars 2013 a eu lieu le conseil municipal au cours duquel a été voté le budget de la commune. On a noté trois absents : Pascal Parmentier, Laurent Béguier-Girard et Serge Silvain.

Les conseillers municipaux ont travaillé et donc voté sur des documents de synthèse. A aucun moment, il n’a été fait de demande pour que soient fournis ou mis à disposition le budget détaillé « original »  ni le compte administratif original.

Le projet « garage – salle polyvalente », (édifice à construire face à la mairie, dans le talus) est budgétisé, en investissement, pour un montant de 538 000 euros, à la date du 29 mars 2013, sans compter les travaux annexes et aménagements divers noyés dans les autres lignes du budget, comme par exemple l’assainissement. Des dotations ont été accordées pour les dépenses à venir, à la fois pour les travaux de restauration de l’Eglise et pour la salle, par le Conseil général (58 873 €), par la Région (7 864€ pour l’église et 15 000 € pour la salle) et par l’Etat (60 243 € dont 55 000 € pour la salle semble-t-il).
Selon les documents présentés (qui ne détaillent pas les provenances exactes ni la répartition de toutes ces subventions), le total des subventions accordées pour la réalisation de la salle-garage et pour la restauration de l’église est de 141 483 €.
Restent donc à trouver plus de 400 000 € (467 000 € si l’on se réfère aux chiffres fournis lors de ce conseil), les subventions représentant moins de 25% du budget global de la salle (habituellement, c’est l’inverse…)
Le montant estimé des travaux à l’église est de 5 000 €
Pour financer le reste (salle-garage) l’équipe municipale entend faire un nouvel emprunt de 150 000 € en plus des subventions qu’elle a obtenues.
Le complément (dont le montant de 317 073 € a été inscrit au budget, ce qui porte la dépense globale des travaux à 608 556 € sans qu’on sache à quoi ils correspondent exactement) sera prélevé dans les caisses actuelles de la commune dont la cagnotte est estimée à 326 633 €.
Tous les documents explicatifs sont bien sûr consultables à la Mairie.
La partie de capital remboursée actuellement au titre des emprunts est de 4 848€. « Je l’ai multiplié par deux pour tenir compte des emprunts que nous allons demander » a déclaré M. le maire.
Mais il convient d’y rajouter la partie de capital de l’emprunt réalisé au titre du Budget SEA (eau et assainissement), qui n’est pas compris dans le budget global de la commune, mais qui reste néanmoins à sa charge. En effet, la mise aux normes de la station d’épuration (coût estimé à un peu plus de 100 000 €) ne bénéficiant que de 52 200 € de subventions, nécessitera un emprunt supplémentaire de la commune pour un montant de 50 000 €. (voir tableau ci-dessous).
Il ne faut pas oublier, non plus, les intérêts de ces deux emprunts, qui viennent s’ajouter aux intérêts des précédents emprunts contractés ces dernières années par la commune.

Consultez, à ce propos, la page « Argus des Communes »

Les coûts annoncés lors du budget 2013 pour la « Salle-Garage » ne tiennent compte ni de l’aménagement ni des frais incompressibles de fonctionnement dont visiblement personne ne s’est préoccupé. Ce sera le cadeau de bienvenue pour le prochain conseil issu des élections, qui devra les estimer et les inscrire au budget 2014, qu’ils viendront gonfler d’autant. Quant aux éventuelles répercussions sur le montant global de nos taxes d’habitation, ce sera la surprise, mais dont nous ne connaitrons la teneur que plusieurs mois après les élections.

SEA, CCAS et autres

Le budget du SEA (Service de l’eau et de l’assainissement) n’est plus, à partir de 2013, comme par le passé, un budget annexe du budget de la commune mais un budget à part entière et il ne figure donc plus dans le décompte global, même s’il reste intégralement à la charge de la commune.
En 2013, comme évoqué précédemment, le SEA présente un budget global de 181 759 € qui prend en compte, entre autres, la réfection de la station d’épuration pour un montant d’environ 100 000 €. Cette dépense est financée en partie par l’agence de l’eau (27 000 €) et le Conseil Général ( 25 200 €). Le solde étant couvert par un emprunt de la commune.
Depuis plusieurs années, le Centre Communal d’Action Sociale ne fonctionne plus (!) au point que la conseil municipal avait pris une délibération visant à la suppression de cet organisme dont le rôle est, entre autres, la mise en oeuvre de l’action sociale légale sur le territoire de la commune. Le Trésorier Payeur a rejeté cette décision et la Communauté de Communes a, pour sa part, refusé d’intégrer l’action sociale dans le champs de ses compétences, malgré la demande de Saint Jurs. La mairie possède donc encore, jusqu’à nouvel ordre, un CCAS et assume donc la compétence en matière d’action sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


six − 2 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>